Vous êtes ici : Version française > Le projet du labex comod > Membres

Dora
D'Errico

Post-doctorante du LabEx COMOD de sept 2015 à août 2016.

Thèmes de recherche

Titre du projet de recherche : « L’État au quotidien : pratiques et écritures ordinaires de la politique à Florence durant les guerres d’Italie »

Axe thématique auquel le projet se rattache : « L’État et les citoyens »
Responsable scientifique : Jean-Claude ZANCARINI
Unité de recherche : Triangle UMR 5206 (Directeur Renaud Payre)

Résumé : Ce projet de recherche post-doctorale se donne pour objet central la question de la quotidienneté politique. Il prend comme point de départ le discours et les choix politiques d’une série d’acteurs institutionnels florentins au temps des guerres d’Italie : conseillers-citoyens, fonctionnaires appointés par le Palais Communal, experts et techniciens mandatés par le gouvernement, etc. L’hypothèse centrale de ce travail consistera à étudier les acteurs mineurs d’une époque troublée à partir de la caractérisation d’un « quotidien du politique ». Nous nous attacherons ainsi à décrire ce que l’État et la politique deviennent lorsqu’ils se constituent en formes mêmes du quotidien ; lorsque, par exemple, la délibération sur des situations obscures, parfois désespérées, s’énonce suivant les régularités d’une fonction et les habitudes induites par des usages et des discours routinisés. Nous pensons que cette approche pourrait être fertile tant dans le champ des études renaissantes que dans l’abord de questionnements politiques plus contemporains.

Ce conflit entre l’urgence des temps et la « quotidienneté » de la crise traversée nous paraît répondre en outre à l’ambition du Labex COMOD de travailler à une démystification de l’histoire « héroïque » de la modernité. Notre travail entend en particulier s’inscrire dans l’axe « L’Etat et les citoyens» du Laboratoire en s’intéressant aux formes historiques prises par l’introduction de la politique dans la trame même d'un quotidien commun, alors qu’elle fut souvent regardée comme le destin ou la vocation des seuls « Grands ». Notre projet intéressera toutefois aussi l’axe « La constitution réelle de la rationalité moderne et ses impensés » puisqu’il prolongera des travaux conduits en philologie politique sur la mise en crise des instruments d’analyse et des schèmes de compréhension des sages florentins affrontant des troubles politiques sans précédent.
 

Informations complémentaires

Ouvrages et directions d'ouvrage en lien avec le projet mené en postdoctorat :

  • Direction d'ouvrage assurée avec Julia Castiglione. Les experts avant l'expertise. Formes historicisées du conseil et du recours à l’expérience. Ed. Classiques Garnier, collection « Constitution de la modernité ».

La parution est prévue courant 2019. L'ouvrage propose une première généalogie de l’expertise en interrogeant les manifestations antérieures à la dénomination même et à la caractérisation de « l’expert » comme acteur et instance autonome. Si le terme « expertise » est attesté en français dès le XIVe siècle, son sens évolue de la simple « habileté, adresse expérience » à la pratique qui consiste à faire intervenir un intermédiaire spécialisé au sein d’une situation de litige ou d’incertitude. Ainsi, la première apparition du terme dans le Dictionnaire de l’Académie française en 1798 désigne bien cette opération des experts. L’évolution de la notion à la période moderne invite ainsi à s’interroger sur les pratiques que le terme désigne. Quels types de conseils, de recours à l’expérience ou aux savoirs de connaisseurs attestent en effet comparativement les périodes antiques, médiévales ou modernes ? Que révèle par ailleurs une démarche transversale, soucieuse de croiser, outre les moments, les contextes et les objets de production (conseil politique, jugement médical, expertise technique, juridique, etc.) ? Comment s’est déployée en somme une expertise prise dans des logiques globales qui relevaient encore largement des catégories générales de l’expérience et du savoir ? 

  • Les conseillers-citoyens de Florence au temps du Grand Conseil (1494-1512). Thèse de doctorat remaniée à paraître aux éditions Droz (Genève). La parution est prévue courant 2019.

Activité de recherche pendant la durée du postdoctorat (2015-2016) :

  • Participation aux séminaires du Labex
  • Participation à la constitution du nouveau projet de recherche CIRRI/LECEMO, "Des mots et des gestes, XVe-XVIIe siècles" (Italie, Espagne).
  • Organisation du séminaire du 20 juin 2016, ENS Lyon, "Du conseil à l’expertise. Les formes historicisées du conseil », avec Julia castiglione (CIRRI Paris 3), Manuela Bragagnolo (Max Planck Institute Francfort), et Dora D’Errico (LabEx COMOD Lyon).
L’expertise est à la mode dans nos sociétés, la figure de l’expert s’est étendue aujourd’hui bien au-delà des bornes strictes de la production industrielle ou de l’innovation scientifique. Le statut d’un médicament comme le risque climatique, la pertinence d’une réforme des politiques publiques comme la signification d’un événement géopolitique, tout semble désormais susceptible d’expertise, et à ce titre légitimer l’intervention d’acteurs autorisés qui cumulent de multiples fonctions : autorité, conseil, évaluation etc. L’intérêt renouvelé depuis les années 1990 pour la question de l’expertise dans le champ universitaire s’explique ainsi par l’actualité de la question et notamment par les débats sur le développement des « démocraties techniques ». La constitution des groupes experts a en effet souvent été jugée incompatible avec l’idée de démocratie libérale, l’expertise étant alors considérée comme « idéologique » (Michel Foucault, Jürgen Habermas). Si les expertises semblent se multiplier et occuper une place toujours plus importante, et si la question continue à tenir une place centrale dans le champ de la recherche, il nous semble important de s’interroger sur la naissance de la notion, de la rapporter à la question plus générale du conseil dont elle est l’un des dérivés. Le projet porté par la journée du 20 juin a l’ambition d’être transdisciplinaire, il entend également s’intéresser à des contextes de production différents (conseil politique, expertise technique, expertise médicale, juridique, marché de l’art), à des époques différentes. L’enjeu du projet est de mettre l’accent autant que possible sur les conditions de production pratiques du conseil et de l’expertise, sur l’aspect routinier qui préside à sa production. Nous chercherons dans les différents champs évoqués à comprendre ce qui préside aux modalités de formation du conseil, à sa matérialité, à la façon dont il est communiqué, aux réseaux qui le conduisent, et enfin à la façon dont il est réceptionné et traité.

  • Communication "La question de l'expiation à l'écran, la parole du terroriste dans le cinéma italien contemporain", Intervention au séminaire "Filmer la révolution, Images des luttes, images en lutte", coordonné par Alice Leroy et Frédéric Abécassis, Département d’études cinématographiques de l'ENS Lyon, Lyon, 17 décembre 2015.
  • article « La pratique du temps présent dans les Consulte e Pratiche della Repubblica fiorentina, 1494-1512 », in Le présent fabriqué (Espagne Italie XVe-XVIIe siècles), études réunies par P. Civil, F. Crémoux, C. Lucas Fiorato et J.-L. Fournel, Classiques Garnier, paru en 2018.
  • article « Administrer les choses divines ? Les conseillers florentins et l’organisation de l’épreuve du feu », in Langages, Politique, Histoire. Avec Jean-Claude Zancarini. Sous la direction de R. Descendre et J.-L. Fournel, Lyon, ENS éditions, 2015, p. 64-75.
  • recension pour Transalpina, 17, « L'écrivain et les formes du pouvoir à la Renaissance », textes recueillis et présentés par Juan Carlos D'Amico. Caen, Presses universitaires de Caen, 2014. Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, Librairie Droz, Genève, tome LXXVII, 2015.