Vous êtes ici : Version française > Recherche > 3 axes de recherche > Axe 3 : l’Etat et les citoyens

Axe de recherche sur Antonio Gramsci

Vie et oeuvre d'Antonio Gramsci



Ce projet est consacré à l'étude de la vie d'Antonio Gramsci et de ses oeuvres, dont la portée historique, politique, littéraire et philosophie compte parmi les plus importantes du XXème siècle. 
Il a été développé en lien avec l'aire "Modernités italiennes" du Labex COMOD.

Il est organisé autour d'un séminaire,"Pensée Politique Italienne : Lire les Cahiers de prison d’Antonio Gramsci", en place depuis 2012.
Le projet a aussi fait l'objet d'un colloque international, organisé les 23 et 25 novembre 2017: "La France d'Antonio Gramsci"


Présentation :

Lire les Cahiers de prison tels que Gramsci les a écrits entre 1929 et 1937 ne va pas de soi. Ce recueil monumental de notes éparses d’une portée historique, politique, littéraire et philosophique parmi les plus importantes du XXe siècle a été composé dans des conditions et sous une forme telles que son interprétation représente aujourd’hui encore un défi, alors qu’une nouvelle édition critique est en cours.
De façon compréhensible, mais peut-être en partie trompeuse, c’est essentiellement le marxisme du Gramsci penseur de la « philosophie de la praxis » qui a longtemps orienté les lectures de ses interprètes. Or s’il est, à l’intérieur de la tradition marxiste, l’un de ceux qui a le moins pâti du double écroulement du « bloc de l’Est » et des idéologies communistes, si son œuvre a nourri, à une échelle mondiale, la nouvelle historiographie qui s’est développée autour des cultural, subaltern et post-colonial studies, bref, si elle demeure aujourd’hui encore particulièrement stimulante, c’est notamment parce qu’avec une liberté intellectuelle et une érudition hors du commun, Gramsci a su nourrir sa pensée politique d’une réflexion historique exigeante inspirée par des traditions d’études particulièrement fortes en Italie.

La vigueur singulière de la pensée gramscienne semble tenir notamment à son refus de séparer la théorie politique d’une réflexion sur les conditions historiques de possibilité et les limites propres de la perspective révolutionnaire dans une conjoncture spécifique. Lire Gramsci, c’est ainsi interroger avant tout sa méthode de travail et ses objets d’enquête.