Vous êtes ici : Version française > Recherche > Séminaires de recherche

Séminaires de recherche

Séminaire "Histoire des idées"

Le séminaire Histoire des Idées est co-organisé depuis 2015 par les laboratoires Triangle (UMR 5206) et IHRIM (UMR 5317) à l’ÉNS de Lyon dans le cadre du LabEx Comod.

Comité d’organisation :
Delphine Antoine-Mahut (UMR 5317), Romain Descendre (UMR 5206), Claude Gautier (UMR 5206), Pierre Girard (UMR 5317), Mogens Laerke (UMR 5317), Pierre-François Moreau (UMR 5317), Jean-Claude Zancarini (UMR 5206).).


PROGRAMME 2019-2020


Toutes les séances se dérouleront salle D4-260, ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon, de 16h à 18h.

Jeudi 16 janvier
Manuel TIZZIANI (Collegium de Lyon/Conseil National de la recherche scientifique, Argentine)
Meslier, cartésien éclectique ou lecteur pyromane ? Une approche de la genèse de la conspiration du bon sens

Jeudi 30 janvier
Catherine KÖNIG-PRALONG (Université de Freiburg im Breisgau)
Présentation et discussion autour de son livre La colonie philosophique, Paris EHESS, 2019

Jeudi 19 mars
Tristan DAGRON (Directeur de recherches au CNRS, UMR 5317-IHRIM)
Présentation et discussion autour de son livre Pensée et clinique de l’identité, Paris, Vrin, 2019

Jeudi 26 mars
Antoine HATZENBERGER (UMR 5317-IHRIM)
« Idées de l'histoire » : Présentation et discussion autour de son livre Insulés, Paris, Éditions Riveneuve, 2020

Jeudi 02 avril
Dominique BRANCHER (Université de Bâle) et Fabrizio BALDASSARI (Université de Bucarest), discutante: Elisa ANDRETTA (CNRS-LARHRA)
Connaître les plantes aux 16 e-17 e siècles

Jeudi 9 avril
Luca BASILE (Université San Raffaele de Milan)
Benedetto Croce et Giovanni Gentile face à Marx et au marxisme
 

RETROUVEZ LES VIDÉOS DES SÉANCES DANS LA PARTIE "RESSOURCES"

 


PROGRAMME :


 

Séminaire "Renaissance - Laboratoire d’expérimentation historiographique"

coord. Elisa Andretta (CNRS-LARHRA), Michèle Clément (Université Lyon 2-IHRIM), Romain Descendre (ENS Lyon-TRIANGLE), Monica Martinat (Université Lyon 2 - TRIANGLE)

avec le soutien du LABEX COMOD

La « Renaissance » constitue une catégorie historiographique profondément discutée, avec des définitions peu consensuelles. Elle maintient toutefois entier son potentiel heuristique et représente un terrain exceptionnel d’expérimentation.
La culture des acteurs de cette période (du milieu du XVe aux premières décennies du XVIIe siècle) est globale, les frontières disciplinaires sont peu pertinentes. Le savant de la « Renaissance » est un individu polyvalent, ouvert à l’expérimentation et au jeu. L’approche philologique de la réalité développée en cette période, impose à la communauté savante des règles de méthode précises, mais laisse toute sa place à l’invention et à la créativité individuelle et collective. Par cette double approche, les hommes de la Renaissance font face aux défis de la contemporanéité – l’élargissement des horizons, des marchés, la crise religieuse, la découverte de la nature, des langues, des populations…. et finissent par refonder les modes d’interprétation du monde.
Notre hypothèse de travail est de faire de la « Renaissance » un laboratoire pour (re)penser l’histoire, les pratiques de recherche, le contemporain, sans oublier l’objet lui-même et la distance qui nous sépare de lui.
Pour ce faire, nous nous donnons quelques règles du jeu : chaque participant.e choisit un « objet de la Renaissance » – un objet matériel, une figure, un texte, une œuvre, un genre, une date, un événement… – sur la base de ses compétences spécifiques et le présente aux autres en expliquant les raisons de son choix. Cet « objet » sera remanié au cours de la discussion à partir des regards que les autres voudront poser sur lui.
Cette discussion permettra aussi d’enrichir avec d’autres « objets » notre cabinet de curiosités vivant, produit et habité par des hommes et des femmes du XXIe siècle et de leurs interrogations.


PROGRAMME :




Séminaire 2014-2015 : "Temps et religions: maintien de la tradition ou vecteur de modernité ?"

Selon Alphonse Dupront, le temps et l’espace sont les deux catégories essentielles pour aborder les questions religieuses. Si nous avons désormais de nombreuses réflexions sur la géographie sacrée, voire le paysage sacré, le rapport au temps est peu étudié.
On différencie parfois rapidement les religions selon deux types d’approches : une approche cyclique, liée au rythme agraire… ; une approche linéaire ce qui induit un rapport étroit à l’histoire puisqu’il y a un début et une fin. Il faut dépasser un tel dualisme. Nous allons envisager : le temps pensé et représenté ; le temps mesuré et organisé ; le temps célébré et fêté ; le temps sacré et le temps désacralisé.

PROGRAMME:

5 novembre : Laurent COULON
(Chargé de Recherche CNRS ; Directeur-adjoint de l'UMR 5189 – HiSoMA. Ses travaux portent en particulier sur l’Égypte antique)
Conceptions du temps dans les cultes osiriens en Égypte ancienne

3 décembre : Lionel OBADIA
(Professeur en anthropologie sociale et culturelle. Ses travaux portent en particulier sur les questions religieuses et les problématiques de diffusions culturelles)
Rythmes sociaux et temporalité de la sacralité : l’exemple d’une société bouddhiste-chamanique de l’Himalaya (attention horaire spécial : le séminaire commencera à 14h.)

7 janvier : Cécile CABY
(Professeure d’histoire médiévale. Ses travaux portent en particulier sur les identités et pratiques monastiques à la fin du Moyen Âge)
Vivre le temps selon la règle : représentations et pratiques du temps dans les ordres religieux au Moyen Âge au Moyen Âge

4 février : Kaspar von GREYERZ
(Professeur d’histoire moderne, il a enseigné à Bâle, Berkeley, Paris, Munich… Ses travaux portent en particulier sur l’histoire religieuse et les documents du for privé).
La métaphore de l'horloge et l'atomisme du XVIIe siècle: une déconstruction

4 mars : Christophe BOUTON
(Professeur de philosophie. Ses travaux portent en particulier sur les questions du temps et de l'histoire dans la philosophie moderne et contemporaine)
Temps et vocation. À propos de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme de Max Weber

18 mars : Pierre GISEL
(Théologien, professeur à l’université de Lausanne. Ses travaux interrogent une théorie de la religion et une anthropologie du croire, pour porter en fin de compte sur le statut et la fonction du religieux, en lien avec le social)
Mises en scène de l’humain. Sciences des religions, philosophie, théologie

8 avril : Pierre KAHN
(Professeur de philosophie. Ses travaux portent en particulier sur l’histoire de l’école républicaine)
Le temps religieux face à l’école laïque

29 avril : Jacqueline LALOUETTE
(Professeur d’histoire contemporaine. Ses travaux portent en particulier sur la libre-pensée, la laïcité, l’anticléricalisme)
Des combats pour le contrôle du temps

6 mai : Céline PAUVROS
(Historienne. Auteur d’une thèse sur Charles-François Dupuis)
Charles-François Dupuis (père du calendrier républicain) et le temps religieux

La dernière séance était réservée à une discussion sur le séminaire et à un bilan.